Emira Dakhlia, la cantatrice au timbre irrésistible
06 mars 2018
Emira Dakhlia, la cantatrice au timbre irrésistible
06 mars 2018

©Maria Kovalev

Portrait de la jeune Mezzo Soprano tuniso-russe Emira Dakhlia dont l'incroyable beauté du timbre et la présence nous transporte.

Son talent repose sur une voix de soprano lyrique remarquable par la richesse de sa voix, alliée à des qualités reconnues de comédienne.

« C'est par le piano que je suis venue au chant, nous confier Emira. Nous avions un piano à la maison comme toutes les familles russes et j’ai commencé à jouer à six ans. Du côté de ma mère, tout le monde a un don artistique ; auteurs, cinéastes… J'ai le sentiment d'être dépositaire d'un désir profond que l'on m'a transmis. Je criais tellement quand j’étais bébé que ma mère disait que j’allais devenir soprano et elle a vu juste ! »

©Maria Kovalev

A 21 ans, elle commence les cours de théâtre et décide qu’elle sera chanteuse d’opéra.

Diplômée en études musicales de l’Université pédagogique de Saint Petersburg en Russie, Emira suit des cours de théâtre avec les grands solistes Petrova Elena et Mikhailovsky K.Nikolay. Ces cours lui ont permis d’acquérir rapidement la technique et la capacité d’interpréter les opéras les plus difficiles. Ainsi, chose extrêmement rare et remarquable, son premier rôle fut celui d’Angelina dans la Cenerentola de Rossini. Il faut à la fois beaucoup de sensibilité et d’endurance pour ce rôle qu’elle a réussi à interpréter  avec une justesse rare.

©Maria Kovalev

Sa carrière lancée, elle sillonne le monde lyrique, accueillie dans les salles les plus prestigieuses : Elle collabore avec des grands chefs d’orchestre comme Pavel Bubelnikov, Anatoly Rybalko, Arkady Schteinlykht, Jan Moriz Onken et Stanislas Gorkovenko.

L’appel de la Tunisie…

« J’ai toujours voulu venir en Tunisie mais j’avais toujours énormément de boulot, nous confie Emira, j’ai cru qu’il n y avait rien d’intéressant niveau opéra jusqu’à ce qu’on m’invite pour un concert. Vu l’engouement du public et la performance des autres acteurs de l’opéra, j’ai réalisé qu’il était tout à fait possible pour moi de lier mon amour de la Tunisie et de la musique. »

En 2015, elle décide alors de s’installer à Tunis et de se produire avec l’Orchestre Symphonique Tunisien. Emira nous révèle lors de notre entretien qu’elle se plait énormément ici, elle adore le climat et les habitants et elle a l’impression qu’elle peut réellement apporter quelque chose de concret. Elle décide alors de donner des cours d’opéra à l’institut supérieur de Musique et est impressionnée par les timbres de ses élèves, elle nous assure qu’il y a des voix exceptionnelles en Tunisie qui méritent d’être écoutée et soutenue.

©Maria Kovalev

Le répertoire d’Emira est très étendu. Si elle a su parfaitement incarner les grands rôles du répertoire russe, elle interprète des airs d’opéra des grands maîtres de la musique classique, à l’instar de Verdi, Rossini, Mozart et Tchaïkovsky. La jeune femme avait d’ailleurs provoqué la stupéfaction admirative des spectateurs à la soirée de clôture du festival el Jem. Elle interprétait Carmen de Bizet, une œuvre qui présente des exigences de mezzo soprano ainsi que de soprano dramatique. Emira a ainsi su conquérir le public qui a découvert une voix rare, merveilleusement projetée, au timbre profond, émouvant et sensuel.

©Maria Kovalev

La cantatrice possède une grande flexibilité vocale et une forte présence sur scène. Grâce aux cours qu’elle suit depuis des années auprès des meilleurs de la profession, la jeune prodige a réussi à apprivoiser, à développer sa voix et identifier ses capacités. Elle insiste sur le fait qu’un chanteur ne doit jamais cesser d’apprendre et qu’il doit explorer sa voix dans toute sa longueur (toute son étendue, des sons les plus graves aux plus aigus) », et ce, tout au long de son parcours.

©Maria Kovalev

C’est ce sens du travail et de la recherche de la perfection qu’Emira Dakhlia inculque à ses élèves de l’institut supérieur de musique.

Ainsi, cette magnifique mezzo soprano dont la carrière est solidement ancrée dans les salles qui comptent dans le monde lyrique a choisi de se produire en

Tunisie et d’éveiller les sensibilités musicales grâce à son talent.

Hella NOURI

Partager sur : Facebook ( 146 partages )

Vous aimerez aussi