Découvrez 'El jaida 'le film événement de Salma Baccer
15 novembre 2017
Découvrez 'El jaida 'le film événement de Salma Baccer
15 novembre 2017

Qui est cette « Jaida » dont Salma Baccar raconte l’histoire ?  Quelle est sa vie, ses rêves et ses ambitions ? Quelles sont ses blessures, ses défaites et ses déceptions ?

« Jaida » est un film écrit dans de la dentelle, dans les détails d’une broderie, d’une parure de lit comme Salma Baccar sait le faire. 

C’est une histoire de femmes qui aspire à une émancipation et en même temps à un pays qui marche à pas sûr vers l’indépendance.

C’est les années 50 et Salma Baccar est comme un poisson dans l’eau dans ce Tunis de l’après-guerre. Le quartier français, le lycée de la rue du Pacha, la Médina avec ses ruelles, les carrosses, les voitures à traction, les hommes élégants et les femmes bien comme il faut… enfin en apparence…

Jaida, c’est la femme qui bouleverse l’ordre établi, la femme qui sort du rang et qui ôse dire non à la loi du silence, celle qui suit son cœur et son corps… Jaida c’est la femme qui se fait condamner par un tribunal religieux à un séjour à Dar Joued, une maison de correction pour femmes qui contredisent, le mâle dominant.


Au gré des interprétations des textes sacrés, au gré des écoles religieuses, des lectures et des rapports de force, les femmes de cette histoire subissent la sentence, mais tiennent tête à l'autorité et donnent un poing d'honneur aux traditions...chacunes à sa manière refusent le statut d'être inférieure, d'être sous tutelle, elles ne courbent pas l’échine et s’accrochent à une existence à laquelle elle aspirent, qui viendra plus tard avec l’indépendance et le code du statut personnel.

Jaida est aussi un voyage dans le temps, un voyage à travers le regard de la petite fille qui a vécu, étant enfant, la séparation de sa mère, qui était spectatrice de l’humiliation de celle-ci, qui a ressentie dans ses tripes toute la souffrance de ces femmes prises au piège du religieux fanatique, des traditions archaïques et d’une société phallocratique.

Des décennies plus tard, elle devient membre de l’assemblée nationale constitutive pour défendre bec et ongles un projet de société laïque qui préserve et consolide les droits des femmes et qui ferme la porte devant toute intention de manipulation du texte sacré pour

assujettir de nouveau les femmes et les réduire encore une fois au silence.



Jaida c'est aussi une mise en accusation sans complaisance de tous ceux qui osent encore de nos jours, remettre au débat la citoyenneté de la femme.

C’est l’histoire de la Tunisie, de sa lutte acharnée vers l’égalité.    


À Partir du dimanche 12 Novembre 2017, la nouveau film de la réalisatrice Salma Baccar « El Jaida » sera projeté sur les écrans : 

Le Colisée (centre ville de Tunis)

Le palace (centre ville de Tunis)

L'Alhambra Zephyr (La Marsa)

L’Agora (La Marsa)

Ciné Jamil (El Menzah 6)

Ciné Star (Menzel Temime)

Lemdina (Yasmine Hammamet)


Communiqué de presse

Partager sur : Facebook ( # )

Vous aimerez aussi