Chedly Atallah : Entre cordes, corps et espaces
09 octobre 2017

Photographie/ Chedly Atallah

Né en 1991 à Tunis, Chedly Atallah vit et travaille à Paris depuis 2013. Après 3 ans d'architecture à l'école nationale d'architecture et d'urbanisme de Tunis, il est parti en échange à l'école nationale supérieure d'architecture de Paris la Villette, où il a fait un transfert pour obtenir un diplôme d'état en Architecture en 2015. Il a ensuite intégré les Beaux Arts de Paris en 2015 en équivalence où il a  obtenu un diplôme national d'Art plastique.

Sans titre


Tunisie 2012

Vidéo / Chedly Atallah

23h58.9

Vidéo, 2017

10 ‘’ 12’’


Junun

Encre noire sur papier blanc

110 x 300 cm

FRACTUS 

2017

Performance

Né suite à la collaboration entre Chedly Atallah et le duo Human Chuo et May Dosem, FRACTUS met en place une collision entre le monde des beaux-arts et celui du Shibari. Sur un tissage de textes d’Ovide, de Sénèque, de Martin Chimp ou encore d’Henri Michaux, nous assistions à une spatialisation du corps, une sculpture qui se crée à temps réel, une métamorphose d’un corps flottant.

FRACTUS exhibe un corps mis à nu qui mute afin de dévoiler les dimensions cachées de son espace intérieur. L’enveloppe charnelle se fond ainsi avec son architecture intérieure et bouge sur les rythmes des ruines d’Alain Schnapp et les métamorphoses d’Ovide. Une performance qui crée des noeuds entre le corps en évolution continue d’Human Chuo, les mains sculptrices de May Dosem et la voix tremblante de Chedly Atallah.

" J'étais allongé par terre... Et j'ai commencé à me fondre dans l'environnement. J'avais l'impression d'être une masse de gelée protoplasmique qui se répandait et s'infusait dans tous les éléments alentours... À certains moments, je remarquais qu'en plus de la dilution de mon enveloppe charnelle, mon ego était entrain de fondre également. Je le visualisais, loin...

Comme une tête étirée au-dessus du protoplasme, essayant de se protéger. Les sensations visuelles s'accompagnaient souvent de l'impression de ne faire qu'un avec l'univers et que l'impression d'être séparé des autres et de l'environnement est abolie..."

Est ce qu’on peut qualifier tes oeuvres comme un mélange d’Art et d’architecture ?

Je me pose aussi la question, le sujet touche l’architecture, la forme questionne plus l’ordre spatial perceptif qu’architectural. 


L’installation est le medium que tu utilises le plus ?

Je suis dans une sorte de laboratoire de recherche, toujours en questionnant  la notion d’espace, la question de l’échelle. J’essaye aussi de varier, expérimenter au maximum tous les mediums possible. Par exemple j’ai débuté avec un travail sur la question de la ligne spatiale, politique, et de la ligne je suis passé à la topographie. 

Fractus, est une performance qui met en avant la pratique du shibari ?

Oui, la performance se repose sur la pratique du shibari : on a choisi deux modèles pour la performance et s’ajoute à cela un texte lu à haute voix. Et donc finalement le shibari s’est transformé en performance de lecture; les mouvements du corps interagissent avec la lecture.

On pourra assister également à une nouvelle représentation de la performance FRATUS, à la Galerie Studiolo en Septembre 2017 ! On en veut beaucoup plus !

Site web cliquez ici                                                  

Safia Ounaies

Partager sur : Facebook ( partages )

Vous aimerez aussi