L'art du portrait conceptuel capturé par Samy Hamila
02 décembre 2016
L'art du portrait conceptuel capturé par Samy Hamila
02 décembre 2016

Depuis quelque temps, il y a sous nos cieux comme des échos créatifs qui résonnent. Leurs répercussions apportent délicatement sur la place artistique une tendance esthétique. Un des acteurs de ces aspirations contemporaines tunisiennes n’est autre que Samy Hamila.

Sous des airs décontractés, un brin désinvoltes, ce photographe tuniso-americain de 23 ans révèle un tempérament déterminé et passionné. Ce jeune homme d’une sincère simplicité étoffe le champ de ses compétences à travers des expériences multiples. Interview.




Autodidacte ?

Oui, j’ai une mémoire visuelle et un grand sens du détail.

Depuis quand pratiques –tu la photo ? D’où vient cette passion pour la photographie ?

Cette pluridisciplinarité a vu le jour un an après mes études de cinéma. Petit à petit, tout seul, je me suis amusé à prendre des photos. J’étais passionné de dessin. J’ai bien progressé également en regardant des vidéos sur youtube. Ça a été très didactique. Je passe beaucoup de temps à parfaire une certaine culture photographique, à observer le travail d’autres photographes sur le net.



As-tu des artistes que tu aimes plus particulièrement et qui auraient influencés ton approche de la photo ?

En fait, le photographe qui m’a décidé à faire de la photo est David Olkarny. C’est un photographe que je respecte beaucoup. Je m’inspire beaucoup du travail d’Alessio Albi et André Josselin. Ils ont une philosophie que j’apprécie particulièrement. J’aime beaucoup leurs manières de photographier les gens, leur approche de l’humain. Je trouve qu’il y a beaucoup d’émotion dans leur travail. S’intéresser à ce qu'il y a derrière les images et l’objectif est important.

Quel matériel photo utilises-tu?

Canon 5D mk ii, 50 mm 1.2L Canon et le 24mm 1.4 Sigma art.



Peux –tu nous expliquer un peu ton cheminement artistique. Les thèmes sont –ils murement réfléchis ?

Je suis spécialisé dans le portrait conceptuel. Je n’utilise aucune lumière artificielle. J’utilise essentiellement Adobe lightroom pour la plus grande partie de mon traitement d’image et aussi  Photoshop (Adobe photoshop CS6). Je créé mes propres filtres car je préfère avoir le contrôle de tout. Je suis très perfectionniste. Les jeux ombre/lumière, je les fais manuellement. Je choisis des modèles qui soient les plus naturelles possible car même si les sujets sont pour la plupart des femmes différentes, le sujet réel de la série est moi-même. Je me vois à travers eux.

C’est justement comme ça que je vais ressortir un truc complexe avec beaucoup de simplicité. Je pense que mes photos sont habillées de ma part, par un amour sincère pour le naturel. L’expression artistique chez moi est une fusion entre académisme, modernité et rigueur. J’essaye la plupart du temps d’allier beauté et fonction.



Réalisations ?

Le 6 juin 2016, j’ai gagné un concours sur 500px (Meilleurs portraits féminins)  au côté d’Alessio albi et zach Allia. Mes photos ont été publiées sur Dark Beauty Magazine, Worbz, The Imaginarium.




Projets artistiques ?

Bientôt je participerai à une exposition qui aura lieu dans une galerie à Sidi Bou Saïd et j’ai aussi un entretien avec Vogue Paris en février.



Pour en savoir un peu plus sur le travail de Samy Hamila, vous pouvez consulter :

www.instagram.com/samyhamila 

https://www.facebook.com/ Samyyyy21/

 

Propos recueillis par Chiraz Bouzaienne

Partager sur : Facebook ( # )

Vous aimerez aussi