HAAR : Quand monde arabe et tissu se mélangent !
15 janvier 2018

Hanene El Euch ? Brune ténébreuse ? Peut être que son nom ne vous dit absolument rien, prenez juste quelques secondes pour vérifier votre compte instagram et vous verrez que vous êtes surement abonnés à son profil ou plutôt abonnés à son monde magique. On a juste envie de dire qu’on ne l’aime pas (ou on l’envie) parce que oui quand on se lève aux aurores pour aller pourrir dans un amphi, on ouvre son application instagram et on tombe sur Hanene El Euch, belle comme jamais à Mykonos pendant que tu es là à attendre le métro et qu’il fait 3 degrés. Tu réalises rapidement que ta vie est tellement misérable, et que tu souffres comme jamais ! Toujours entre deux avions, on a quand même réussi à rencontrer cette grande influenceuse pour en savoir un peu plus sur la nouvelle marque qu’elle a créée en collaboration avec Samya Ben Cheikh : Haar 

Pour commencer on voudrait savoir un peu plus sur vous, quel a été votre parcours ?

A la base je suis architecte d’intérieure, j’ai fait mes études à Paris, et j’y ai travaillé aussi. Quand à la mode, j’adore ! Je veux vraiment montrer aux gens qu’on peut s’habiller et avoir un certain « style » avec des petits moyens, on est pas obligé de dépenser des millions pour porter de belles chose. Je déniche des vêtements un peu partout et je les customise à ma manière.

Comment l’idée vous est venue de créer votre propre marque de vêtement ? 

Je travaille avec Samya Ben Cheikh qui a déjà sa propre marque de vêtement Harem, on a décidé de travailler ensemble et de créer une nouvelle marque : Haar 

J’ai beaucoup d’amis palestiniens dont un qui tient le journal arabe Qods vendu dans le monde entier, et vu que j’adore la mode, je me suis dit que j’allais m’en inspirer et appeler la première collection  de la marque Haar Qods d’autant plus que c’est un sujet d’actualité.


Parlez nous de votre première collection Qods? 

La première collection est sortie le 14 Juin et a eu beaucoup de succès, elle comprend une trentaine de modèles, ce ne sont pas que des pièces uniques, les prix varient entre 125 et 900 dinars. Les modèles ne sont pas dessinés, ils sont créés sur le tas, on a la chance d’avoir une styliste qui nous comprend rapidement.

La base reste traditionnelle voir artisanale, mais on essaye de revisiter cela à notre manière, par exemple on a une « fouta & blousa » mais aussi le foulard jordanien ou palestinien qu’on adapte à une robe. On essaye d’utiliser des textures et matières  différentes,  et de combiner le tout pour avoir quelque chose d’unique, d’assez atypique. On mélange par exemple le foulard jordanien rouge et blanc avec un tissu doré, qui nous fait penser à la Tunisie par sa fine broderie. On est dans le mélange entre plusieurs cultures arabes avec une  touche tunisienne. 


Votre pièce phare ?

Mes coups de cœur je dirai c’est la robe « Mi rouge Mi- Doré » (d’ailleurs là où je la porte Mykonos ; Beirut elle attire énormément le regard des passants, elle a beaucoup de succès) ; « la 3abeya » (qui se porte avec un maillot, un jean…) ;

Vous ciblez quel type de marché ?

Le marché tunisien est assez petit, c’est loin d’être des vêtements qu’on porte tous les jours, ce sont des pièces qui se remarquent facilement, donc on crée des micros collections pour éviter d’avoir justement le problème de voir quelqu’un avec la même robe. A la base c’était des produits destinés à rester à Tunis et les pays du golf, mais là on pense à se lancer en France. Contrairement à ce que l’on pense c’est un produit qui pourrait marcher en France.


Vos inspirations ?

Chaque collection est inspirée d’un thème bien précis, On part du principe que toute pièce a un coté symbolique voire même un message de paix, c’est à dire qu’on prend la base traditionnelle, on la sculpte à notre manière et on l’améliore à la sauce tunisienne. La 3abeya par exemple est une pièce portée dans les pays du golf, nous on l’a revisité avec toujours une touche tunisienne. Bref, on l’a remis au goût du jour !

La marque est disponible dans quels magasins ?

Nous mettons à dispositions nos pièces chez Musk & Amber au Lac, mais le site internet n’est pas encore marchand, pour le moment il sert juste à voir l’ensemble de la collection.

Avez-vous envisagé de créer une nouvelle collection ?

Oui absolument on pense à sortir d’autres collections mais pour l’instant on n’a pas encore de visibilité par rapport au timing ni au style, d’ailleurs c’est la question que tout le monde nous pose !

Crédits photos : Johanna BEN SOUISSI

Safia Ounaies


Partager sur : Facebook ( partages )

Vous aimerez aussi